BDC_20__20Cap_avenirBonjour à vous !
J'espère que je vous retrouve en forme. Je dois dire que je passe moins de temps dans le virtuel en tout cas dans les blogs, ainsi je ne sais pas exactement où vous en êtes. Moi j'ai passé un peu de temps dans le virtuel des rencontres depuis l'automne, c'est-à-dire que cela reste virtuel ! Faut être fait fort pour jouer cette game ! Depuis l'automne je déprimais un peu et puis c'est tout à fait normal vu que je n'ai pas un grand réseau et je n'ai pas de soutien réel de ma famille. Je suis une personne de profondeur et depuis l'automne je n'avais pas le goût de faire des démarches pour proposer des activités aux gens que je connais. Ainsi mon ex et moi nous nous sommes vus presque chaque week-end pour une activité. Il est bien gentil et se préoccupe de moi, il a été très indispensable pour moi vu que j'ai pas trop le goût de faire des efforts pour des rencontres. Ainsi je me sentais comme cela depuis l'automne. Faut dire que dans ma vie j'ai toujours tenté de connaître les gens que je cotôyais, mais bien sûr que si on avait quelque chose en commun car oui je suis marginale. La mode, la possession de biens matériels, la course à la performance, à qui pisse le plus loin, qui voyage le plus loin etc. Tout cela n'a jamais d'été d'aucun intérêt pour moi. Ainsi dans cette game de la rencontre, y'a les gars qui se connaissent pas, les gars genre plateau mont-royal qui se connaissent trop !, le milieu est dur à trouver ! Moi j'aime un gars traditionnel mais avec des attitudes non rigides, qui a des valeurs mais pas des valeurs figées mais des valeurs ressenties. Ah ! Ce n'est pas le virtuel qui me dérange, je comprend la game du virtuel. J'ai chatté avec une fille du site de rencontre, on doit se rencontrer bientôt pour éventuellement devenir copines. Elle a écrit ceci dans notre chat : je connais des gens qui ont eu un chemin plus facile, qui n'ont pas eu à faire d'introspection et qui ont eu l'inconvénient d'avoir de la difficulté à se connaître. Cela les a amenés à faire des erreurs et à perdre du temps ou à en faire perdre. Comme quoi il n'y a pas de parcours sans embûches.
Et j'ai trouvé cela très bien.

Bon en fait c'est comme mon frère me l'avait dit il y a peut-être 15 ans, que ce n'est pas juste certains reçoivent aisément de la vie puis il y a les autres ! Quand j'étais à Québec un cercle d'amis s'était créé autour des gens que j'introduisais. J'ai présenté des gens qui ont formé des couples qui durent toujours. J'ai connu des gens. Là à Montréal cela ne me tentait pas de faire autant d'efforts et les hasards de la vie ont fait que la plupart de mes années ici j'étais en couple avec un gars qui avait un peu de difficultés avec les échanges avec les autres. On s'était enfermé un peu. Maintenant je dois dire qu'il a fait du progrès de ce côté. Donc en somme j'ai vécu un épuisement de la recherche de gens partageant mes valeurs humaines et sociales. Et puis je souhaitais un amoureux dans ma vie ainsi j'ai mis un peu plus d'efforts dans le virtuel. Je sais il faut que je sorte dans le réel, d'aileurs je suis vraiment mieux en personne. J'ai plus de succès en personne !

Donc dans cette ambiance d'épuisement de l'effort, bien il a fallu assurer aussi mon avenir professionnel. Il y a eu un concours dans mon poste, des centaines de personnes ont postulé. Quand j'avais fait le concours la première fois cela avait été la même chose mais j'avais obtenu après 10 mois de concours le poste. Mon boss semblait depuis mon 1er jour de travail désirer que je reste en poste, c'est ce qu'il disait, d'ailleurs il me parlait en terme d'avenir. Mais bang la nouvelle est tombée jeudi le 4 décembre vers 11h. J'avais été éliminée suite à l'entrevue. Il tremblait en me disant tout cela, il était archi nerveux. Je pense qu'il n'avait pas venu venir cela. Mais là sur 135 personnes, il y a des dangers. Et puis il y avait 2 personnes de l'extérieur du bureau sur le comité de sélection. Les questions n'avaient que peu à voir avec le travail de bureau. 

Il s'est dit ouvert pour m'aider dans les autres coucours dans les autres ministères. Ouf quelle mauvaise nouvelle ! C'était un très bon poste avec des responsabilités et un excellent salaire. Ouf ! Moi qui a besoin de changer d'auto, je voulais déménager etc. ! Ouf ! c'est vraiment une mauvaise nouvelle. Je sais que je faisais l'affaire, j'avais eu une évaluation. Et puis je suis excellente avec les groupes, cela se passe toujours bien quand je rencontre des gens.

J'ai pas un karma facile, il faut toujours que je passe par le chemin difficile, je ne sais pas pourquoi. Je suis tannée de faire de la croissance personnelle !!! Depuis mon enfance que je n'ai pas eu vraiment facile, sans soutien moral, une mère qui me juge etc. J'ai toujours été assez différente de mon milieu familial au sens du respect d'autrui et de l'écoute. Donc en somme un parcours difficile. Bien que j'ai toujours été assez enjouée, ai eu de bons amis etc pour combler le manque de soutien familial.

En général cela se passe bien dans la vie, parce que je fais des efforts, je possède des habiletés. Là ce qui est difficile c'est de ne pas avoir peur de l'avenir. Me dire que ultimement on ne sait pas si cela est une bonne chose, si cela m'amènera vers autre chose. Ce qui est insultant c'est qu'ailleurs au Canada les gens restent en poste, la compétition n'est pas aussi grande. Ah ainsi va la vie !

avenir J'avais une amie qui me disait quand je recherchais un emploi : tu es attendue quelque part. Ah est-ce que je peux le trouver ce quelque part ! J'en peux plus des contrats !

Donc ce que j'essaie ces jours-ci c'est de me dire que oui cela paraît injuste que je ne reste pas en poste car d'autres boss auraient usés de stratégie mais maintenant c'est ainsi (je vais demander plus de détails bientôt à mon boss). Donc quoi faire maintenant? Certainement pas penser à tout ce que je perds et tout ce que je pourrai pas acheter, oui le timing est vraiment mauvais. Mais plutôt me dire on ne sait pas ultimement si je ne trouverai pas un meilleur emploi ou un emploi plus satisfaisant pour moi. Que m'en faire ne ferait que me nuire. Qu'il faut que je profite des contacts, des opportunités, des ressources pour aller de l'avant. Oui c'est ce que j'essaie de me dire. Je dois me motiver et c'est pour cela que je ne le dirai pas à ma mère qui me posera plein de questions en insinuant que j'ai fait quelque chose de mal. Car non je ne crois pas avoir fait quelque chose de mal. C'est le risque des concours externes, on ne sait jamais qui postulera. 

Vous avez des suggestions pour que je regarde confiante vers l'avenir !?

avenir12

Ps les photos ont été trouvées avec Google sous le mot avenir, cliquez sur les images pour vous rendre au site les présentant.